Essayer le jardin sec

Pendant longtemps, les images de jardins proposées comme modèles dans les livres et les magazines étaient de verts gazons bien gras et bien tondus, ceinturant de frais bosquets d’arbustes et des massifs de vivaces fleuris. Acclimatés à grand renfort d’arrosages, d’engrais et de traitements chimiques inavouables, sensés protéger ces végétaux trop appétissants pour les insectes et champignons toujours à l’affut dans le jardin, Ah les vermines !
Les temps changent et l’image du jardin aussi, doucement mais sûrement, accompagnant la prise de conscience écologique de ces dernières années s’est imposé une nouvelle image du jardin, un jardin naturel, propre et moins gourmand en eau et en engrais, la chimie laissant place au bon sens.
Ce nouveau modèle de jardin régional, utilisant en priorité les espèces locales les plus intéressantes et par conséquent les plus aptes à supporter sans votre aide les contrastes du climat méditerranéen et les sols calcaires souvent pauvres, permet de créer de beaux jardins faciles à entretenir.

Le jardin de la pépinière de la Libre au mois d’avril.

Beau et fastoche.

Un jardin bien pensé est beau toute l’année.
Beaucoup de plantes méditerranéennes sont persistantes, leur principal atout est la diversité et le contraste de leur feuillage : gris, vert, argenté, luisant, vernissé ou duveteux, permet des associations variées.
Les floraisons viennent en bonus, principalement au printemps et à l’automne lorsque les températures sont douces et accompagnées de quelques pluies bienfaisantes.

Que planter en Sec : tout d’abord des plantes locales du sud de la France, arbustes, vivaces ou bulbes, puis toutes les plantes issues de régions dans le monde bénéficiant d’un climat méditerranéen, elles sont nombreuses et sur tous les continents. Un vaste choix de plantes pour créer des jardins riches en couleurs, en formes, en textures et en odeurs.

Comment planter : ces végétaux de nature frugale nécessitent des conditions de plantation soignées et notamment une préparation du sol en profondeur permettant à la plante d’envoyer facilement ses racines à la recherche d’eau et de nutriments.
Une plantation en début d’automne dans le sol encore chaud assure un bon enracinement, tout l’hiver la plante bénéficie des pluies et se prépare à affronter l’été sec et chaud. Il faudra l’aider le premier été par un paillage (qui limite l’évaporation) et quelques arrosages en profondeur. Elle sera autonome dès sa deuxième année.

On fait souvent du jardin sec sans le savoir et une démarche logique serait de repérer et déterminer les végétaux les plus résistants au manque d’eau de votre jardin.
Méthode expéditive : vous coupez définitivement l’arrosage ! ce qui a survécu au deuxième été sans arrosage, vous sert de base pour créer un nouveau jardin. Viva la Revolución !
Méthode douce (préconisée par La Libre) : vous diminuez régulièrement le nombre d’arrosages, vous binez, vous paillez, vous taillez, vous enlevez ou déplacez tranquillement celles qui ne supportent pas le nouveau régime presque sec et vous les remplacez par des végétaux plus faciles et plus robustes, sans stress.

Quelle que soit la méthode choisie vous pourrez trouver sur le site de la pépinière de la Libre : https://pepinieredelalibre.com/ fait à la maison comme nos plantes, plein de belles photos, la liste de plantes résistantes au froid, au sec et au cagnard, de judicieux conseils de plantation et bien sûr les articles déjà publiés par lou nistoun.

Bonne plantation

Olivier et Cécile
Pépinière de La Libre à Besse sur Issole.

https://pepinieredelalibre.com/

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.